Comment soulager les douleurs au pubis et à l’aine pendant et après la grossesse?

Par Noémie Séguin | Outils pour soulager la douleur

Août 31

Dans ma pratique comme physiothérapeute, experte en maman, j’ai rencontré un grand nombre de femmes avec des douleurs au pubis ou à l’aine. Ces douleurs avaient normalement lieu au troisième trimestre, mais apparaîssaient parfois dès le deuxième, et pouvaient persister après l'accouchement. 

Elles se manifestaient surtout à la marche, en se retournant dans le lit , ou en écartant les jambes.

J’ai moi-même d’expérimenté ce type de douleur lors de ma première grossesse, suite à une chute sur la glace, les jambes écartées (comme Bambi!), où je me suis fait une entorse à la symphyse pubienne.

Le reste de ma grossesse a été un vrai calvaire, au point où je n’arrivais pas à marcher normalement, je devais même marcher à reculons ou de côté à certains moments.

Comme il s'agit d'un symptôme fréquent, la plupart des mamans que j'ai rencontré pensaient qu'il s'agissait d'une douleur normale, et enduraient cet inconfort, pensant qu'il n'y avait rien à faire, alors qu'il existe au contraire une variété de possibilité pour s'assurer de maintenir notre confort durant la grossesse.

Heureusement à ma 3e grossesse, moi qui appréhendais le retour de cette douleur, j’avais des outils efficaces pour contrôler la situation et je n’ai donc jamais souffert à nouveau de cette atroce douleur.

La symphyse pubienne, c’est quoi?

Mis à part être un mot très payant au Scrabble, c’est une articulation qui relie les deux os iliaques (os du bassin) ensemble sur le devant du corps. Cette articulation est composée d’un disque ligamentaire, un peu comme un coussin où les deux os viennent s’appuyer. En temps normal, cette articulation est pratiquement immobile et très stable, c’est vraiment comme une jonction entre deux briques. Quand nous sommes enceintes, avec les hormones, cette articulation devient plus mobile en prévision du passage du bébé dans le bassin. L’articulation va alors agir comme un joint de dilatation et s’étirer lorsque le bébé va descendre.

Qu’est-ce qui cause de la douleur à la symphyse pubienne

  • La relaxine, qui est la principale hormone responsable du relâchement articulaire pendant la grossesse est présente lors du premier trimestre pour redescendre lors du 2e trimestre et reprendre son ascension pour atteindre le maximum lors du 3e trimestre. Le fait que les articulations soient plus relâchées va augmenter le cisaillement, donc la friction dans l’articulation.
  • Le cerveau va percevoir ce cisaillement comme une menace et pour protéger le corps, il va envoyer un message aux muscles qui sont autour de l’articulation d’entrer en spasme, qui est une contraction musculaire continue, pour tenter d’augmenter la stabilité dans l’articulation. Les muscles qui sont appelés à faire ce travail sont principalement les adducteurs dans le bas, les muscles à l’intérieur des cuisses et les abdominaux dans le haut.
  • L’inflammation (pubalgie) va alors avoir tendance à s’installer et alors la douleur sera présente non seulement lors des retournements et autres mouvements, mais aussi au repos. Le pubis va être sensible au toucher, comme s’il y avait un gros bleu et parfois on va avoir le sentiment qu’il y a un gonflement, comme de l’enflure, à cet endroit.
  • Ces muscles sont très longs et s’attachent très loin, ce qui fait en sorte qu’ils ont un grand bras de levier. Lorsqu’ils entrent en contraction, au lieu de vraiment stabiliser l’articulation, ils vont donc avoir tendance, plutôt, à augmenter les tiraillements sur l’articulation et aggraver la problématique plutôt qu’aider. (Ben oui, le corps est mal fait comme ça!)

Comment soulager et éviter d’aggraver la douleur au pubis ou à l’aine?

  • Écouter son corps : lorsqu’un mouvement vient reproduire la douleur, on va vouloir limiter ce mouvement ou modifier notre façon de le faire de manière à limiter le plus possible le cisaillement dans l’articulation. Par exemple, si la douleur se fait sentir au bout de 30 minutes de marche, je vais limiter mes sorties à cette durée le plus possible.
  • Faire de plus petits pas : le fait de raccourcir la longueur des pas va diminuer les tiraillements sur la symphyse, diminuer les inconforts et augmenter notre endurance à la marche.
  • Éviter tous les mouvements en écartement : où les jambes s’éloignent l’une de l’autre, par exemple, lors d’un exercice de fente avant ou latérale à l’entrainement, les mouvements d’ouverture au yoga comme la position du guerrier.
  • Garder les jambes solidaires : comme la petite sirène, on va effectuer nos déplacements en gardant les jambes collées ensemble le plus possible. Par exemple, en sortant de la voiture ou en se tournant dans le lit.
  • Contrôler l’inflammation : Avec des compresses d’eau froide ou de la glace sur la région pour une dizaine de minutes, jusqu’à 2-3 fois par jour ou après une activité qui nous a irrités. Pendant la grossesse et l’allaitement, on est assez limité du côté pharmacologique puisque les anti-inflammatoires en comprimé sont contre-indiqués. Par contre, si vous n’êtes plus enceinte et que vous n’allaitez pas, il est possible d’en prendre au besoin, mais éviter de les prendre de façon prolongée dans le temps, plus de 7 jours consécutifs.
  • Masser la zone du pubis et l’intérieur des cuisses : Cela peut paraître contre-intuitif d’aller peser sur la douleur, mais s’il y a des zones douloureuses au niveau du pubis, des aines et à l’intérieur des cuisses, le fait de les masser va relâcher la tension et les muscles pour moins tirailler l’articulation par la suite.
  • Consulter un professionnel : Ostéopathe et physiothérapeute, experts en rééducation périnéale, sont outillés pour vous aider à soulager la région avec des techniques manuelles au besoin.
  • Stabiliser la région : il existe des ceintures et des bandages conçus pour aller stabiliser la région du pubis et limiter le cisaillement.
  • Faire des exercices fonctionnels du périnée : le périnée est LE muscle stabilisateur de la région, en ayant un périnée plus fonctionnel, il sera plus en mesure de mieux stabiliser l’articulation que les autres muscles et limitera de beaucoup les inconforts.

En terminant...

En mettant en application ces quelques trucs simples, vous serez en mesure de contrôler votre douleur et de limiter qu’elle persiste dans le temps.

Pour plus d’exercices et d’informations sur la physiothérapie pendant la grossesse et la récupération après l’accouchement et pour une préparation cinq étoiles pendant la grossesse, pour prévenir et traiter tous ces maux et avoir le meilleur accouchement possible, vous pouvez vous joindre à notre belle famille de mamans via les programmes de physiothérapie complets en ligne.


À propos de l'auteur

Noémie Séguin est physiothérapeute depuis plus de 10 ans, elle a développé une expertise en Rééducation Périnéale et Pelvienne en allant suivre une formation de 2e Cycle Universitaire dans cette discipline. Elle a fondée la clinique Physio Pelvienne en 2012 et aidé des milliers de personnes à retrouver leur qualité de vie. Passionnée et ayant à coeur que cette expertise devienne plus connue et accessible, elle poursuit sa mission à travers ce blogue informatif et le développement de programmes de réadaptation en ligne en plus de poursuivre sa pratique clinique. Dans le but d'offrir le meilleur service qui soit, elle met régulièrement ses connaissances à jour en assistant à de la formation continue plusieurs fois par années.

  • Gwen dit :

    Allo! Je suis à terme. Et depuis bientôt 3 (ou 6, je sais même plus.) j’endure ces douleurs Car les médecins m’ont dit de simplement prendre des tylenol et voilà ! Que ça passerait tout seul. Ça empire bien sûr maintenant et j’accouche très bientôt. J’ai passé tout ces long mois les jambes écarter croyant que ça soulageait mes douleurs. Maintenant je sais que ça les empires. Les douleurs sont maintenant invalidantes, au point que je ne parvient presque plus à marcher/me lever. Et les nuits sont horrible car me retourner est presque impossible et douloureux. Je suis effrayé pour l’accouchement. Et surtout après. Moi qui avait hâte de recommencer à marcher, maintenant j’ai peur d’endurer ce mal encore longtemps. Je ne sais pas quoi faire. Help !

    • Aurélie dit :

      Chère Gwen,
      Je viens de lire ton commentaire et, je voulais te dire que tu n’es pas seule ! J’ai exactement la même parcours que toi, j’ai aussi fait l’erreur d’écarter les jambes (des heures en tailleur car j’adore cette posture) et maintenant j’essaie de garder les jambes fermées un maximum 🙏🏼
      J’accouche d’ici le 8 avril et je suis angoissée à l’idée que cela reste.
      Personnellement, j’ai vu une ostéopathe, je tiens les conseils ci-dessus et j’en parlerai à la physio spécialisée périnée après la naissance.
      En pensée avec toi!

  • Marie-Pier Grondin dit :

    Bonjour,
    Merci pour l’information, très intéressant!! Je vous ai trouvé en faisant une rechercher google.
    C’est ma deuxième grosse, je suis au tout début de mon premier trimestre et déjà je sens un tiraillement dans l’aine et ce matin plus au bas du pubis, le tout d’un seul côté.
    J’avais eu cette sensation à lors de ma première grosses, aussi au premier trimestre, mais plus tard.
    Je me demande si le tout est normale?

    Merci 🙂

    • Noémie Séguin dit :

      Bonjour Marie-Pier, je te rassure, il est assez normal de ressentir des tiraillements en début de grossesse. On parle souvent de douleurs ligamentaires, mais ces douleurs sont en réalité liées à l’étirement de plusieurs structures, dont les muscles et leurs attaches musculaires. Des muscles comme les abdominaux et tous les autres muscles qui viennent s’attacher dans les aines. Ces inconforts vont se faire sentir lorsque l’on est longtemps en position debout ou lors d’activité physique. C’est signe que le corps travaille, il faut donc respecter ces inconforts et ne pas les ignorer.

  • Selmani dit :

    Bonjour ,j ai 64 ans suite à un accident ,je fait une pubalgie récurrente ,je souffre la nuit le jour c est presque invalidant et toute ces douleurs me fatigue ,je suis une femme .
    Mon médecin me dit usé et me confirme qu il n y as rien à faire ,hormis des anti douleurs à vie .que puis-je faire pour être sûrs que c est bien ça et que je suis condamné à souffrir

    • Noémie Séguin dit :

      Bonjour, dans un premier temps, il pourrait être intéressant de consulter en physiothérapie périnéale et pelvienne afin d’avoir un second avis. Il est intéressant de consulter un professionnel dont sa spécialité est la région périnéale car il arrive que les médecins n’aient pas toutes les notions à ce niveau et ne savent pas comment traiter ce genre de problème. Il est plutôt rare qu’il n’y ait rien à faire pour aider le corps à se rétablir.

  • Lola dit :

    Bonjour,
    J’ai le syndrome de Lacomme (ligament de la symphise totalement distendu donc ce que vous décrivez entre autre) depuis la fin du T1 et après plusieurs mois crescendo, je suis aujourd’hui en fauteuil avec incapacité de marcher. Heureusement le diagnostic a rapidement été fait par mon gyneco ce qui m a évité de stresser car il n y a AUCUN risque pour le bébé. En revanche, savez vous la cause de ce trop plein de relaxine ? Est ce que c’est remédiable après l’accouchement ? Est ce que cela va se reproduire à la grossesse suivante sachant que je n’ai eu aucun soucis à la première mais que je suis totalement invalide pour celle ci ? Est ce héréditaire ou le fruit du hasard ?
    Merci

    • Tel' dit :

      Bonjour Lola, je me permet de vous répondre. Au 7ème mois de ma deuxième grossesse j’ai commencé à avoir des douleurs au niveau de la symphyse pubienne qui ont disparu après l’accouchement. Et pour ma 3ème grossesse (géméllaire) les douleurs sont arrivées au bout de 3 mois de grossesse. Je vous raconte pas ma grossesse. J’ai accouché il y a 4 mois et je souffre de plus en plus.

  • Imane dit :

    Un grand merci pour ces explications !
    J’ai une douleur supportable à l’aine droit dès mon premier trimestre de grossesse (à 7/8 SA).
    J’ai eu la même douleur lors de ma première grossesse.
    Ce qui m’étonne le plus c’est que ça vient assez tôt dans mon cas.
    Bref, vos explications me rassurent…

  • Marie dit :

    Bonjour,
    Merci beaucoup déjà pour votre blog très instructif !
    J’ai eu ces douleurs dès le 2ème trimestre de ma grossesse (c’est normal mademoiselle ça va passer…) et elles n’ont jamais cessé depuis, j’ai accouché il y a 9 mois… je commence à saturer, dès que je dois marcher la douleur survient immédiatement (impossible donc de limiter…), principalement du côté droit ! Douleurs également dans le lit, pour me relever, ou même dans les escaliers…
    Quel genre de spécialiste me conseilleriez-vous ? Osteo ? Physiothérapeuthe ? Une connaissance dans la région de Béziers (34) ?
    Merci d’avance 😊

    • Noémie Séguin dit :

      Bonjour Marie, en effet tu pourrais consulter en physiothérapie ou ostéopathie. Le programme en ligne pourrait également t’aider à récupérer suite à ton accouchement. Tu peux t’inscrire à la mini-formation gratuite pour avoir plus de conseils 🙂 https://physiopelvienne.mykajabi.com/inscription7jours. N’hésite pas à nous écrire en message privé si tu as d’autres questions: [email protected] Belle journée!

    • Nancy dit :

      Bonjour Marie, j’ai exactement ce que vous décrivez douleurs dès le 2eme trimestre et là cela fait 9 mois qu’ai accouché toujours des douleurs. Je ne peux même plus faire le ménage chez moi ou passer du temps à cuisiner les douleurs deviennent insupportables. Comment vos douleurs ont évolué ? Ça va mieux? Vous avez fait comment? Merci d’avance de votre retour

  • nassima dit :

    Merci pour votre explication, c’est vraiment douloureux, pour ma part je souffre en silence et uniquement la position allongé me détends.
    et j’ai plus mal quand je dorme sur un des cotés
    petite question : cette douleur reste combien de temps après l’accouchement.

    • Noémie Séguin dit :

      Bonjour Nassima, s’il y a beaucoup de douleur, n’hésite pas à consulter pour faire évaluer ta condition, surtout si ça fait plus de 6 à 8 semaines que tu as donné naissance.

  • Mariame dit :

    Merci beaucoup, votre explication m’a aidé à comprendre mes douleurs matinales. Je vais suivre vos instructions pour atténuer cette trop forte sensation de tiraillements.

  • Natacha dit :

    Merci je vais essayer de masser… Mais ce matin c’est l’enfer !

  • >