Les poids vaginaux, est-ce une bonne solution pour renforcir le périnée? – Physio Pelvienne, Noémie Séguin Physiothérapeute

Les poids vaginaux, est-ce une bonne solution pour renforcir le périnée?

Par Noémie Séguin | Les outils de rééducation du périnée

Mai 15

Les poids vaginaux aussi appelés cônes vaginaux ou encore boules de Geisha sont probablement les outils de réadaptation pelvienne les plus connus et les plus souvent recommandés par les médecins aux mamans. On les prescrit principalement pour corriger un problème d’incontinence urinaire, de descente d’organe ou de perte de tonus des muscles du plancher pelvien.

Le principe des poids vaginaux est assez simple : ce sont des poids que l’on insère à l’intérieur de la cavité vaginale, pour qu’ils puissent tenir en place, le plancher pelvien n’a pas le choix de se contracter pour empêcher les poids de tomber. Il en existe différentes sortes et formes qui ont toutes le même objectif en fin de compte.

Aujourd’hui, je vais discuter de leur efficacité, est-ce vraiment un bon outil à utiliser, quels sont les éléments à considérer pour être certain que cet outil est adapté pour nous et comment bien l’utiliser.

Est-ce un bon outil à utiliser?

Comme je disais plus haut, l’utilisation des cônes vaginaux vise à insérer des poids à l’intérieur du vagin et ces poids peuvent être progressé à mesure que le plancher pelvien se tonifie. Il est vrai que les poids vaginaux sont efficaces pour aller améliorer le tonus du plancher pelvien et ainsi améliorer les symptômes qui y sont associés. Cependant, il faut faire attention, car le fait d’utiliser les balles seules n’apprend absolument rien à nos muscles pelviens. C’est-à-dire qu’ils apprennent à retenir un objet pendant un certain nombre de temps, mais cela ne leur apprend pas à quel moment ils devraient contracter ou encore relaxer lors d’un mouvement ou d’une activité.

Le plancher pelvien ne travaille pas de façon continue de cette façon dans le quotidien : il travaille de façon dynamique, phasique en réponse à certains mouvements et va s’adapter à l’intensité du mouvement en question. Le travail fait avec les cônes vaginaux est donc non spécifique et non fonctionnel comparé au réel travail que le périnée est appelé à faire dans la vie de tous les jours. Les boules de geishas n’apprennent pas non plus au plancher pelvien comment bien travailler en équipe avec les autres muscles du corps. Pour en connaître davantage sur le plancher pelvien et le travail en équipe dans le corps, vous pouvez consulter ces autres articles disponibles sur le blogue : Apprendre à connaitre son plancher pelvien, un incontournable!, Enfin toute la vérité sur les exercices pour les abdominaux!

Donc en fin de compte, le rôle des poids vaginaux se limite ni plus ni moins à tonifier la région, lui faire prendre de la force et de l’endurance. Donc, à partir du moment où l’on va cesser de les utiliser, le plancher pelvien ne saura pas plus comment travailler et va recommencer à s’affaiblir graduellement, les symptômes vont alors malheureusement commencer à réapparaître. On va devoir s’assurer de continuer à utiliser les balles de façon fréquente à travers le temps pour maintenir les gains et éviter que le problème ne refasse surface.

Les considérations pour bien les utiliser et s'assurer que les poids sont adaptés pour nous

Un problème que je remarque très souvent avec les balles c’est que lorsque la perte de tonus est trop importante, les mamans ne sont pas en mesure de retenir les balles, même à la phase la plus facile. Ce qui amène du découragement et les mamans abandonnent rapidement, faisant prendre la poussière à leur poids vaginaux dans le fond d’un tiroir.

Il est aussi possible de mal insérer les balles. Si elles sont insérées trop hautes dans la cavité vaginale, elles se retrouvent au-dessus du plancher pelvien et ce dernier n’a pas besoin de travailler pour maintenir les balles en place. On perd alors notre temps à faire un exercice qui ne sert à rien finalement.

De plus, étant donné qu’avec les poids vaginaux, l’on travaille en continu pendant plusieurs minutes, on peut développer ce qu’on appelle de l’hypertonicité. À cet instant, le muscle ne sachant pas à quel moment contracter ou se relâcher, va toujours être contracté à un certain niveau au cas où ce serait nécessaire. Un peu comme si je me promenais toujours avec une arme à la main, comme une hache (mettons!), prête à me défendre au cas où je me ferais attaquer. Ainsi, quand le temps sera venu de vraiment travailler, le muscle va être fatigué à l’avance d’avoir travaillé pour rien et ne sera pas aussi efficace lorsque viendra le temps de réellement être sollicité. Un peu comme mon bras qui tient l’arme brandie (ma hache!) toute la journée, elle m’apparaîtra beaucoup plus lourde et difficile à manier à la fin de la journée!

L’hypertonicité n’amène pas seulement un manque d’efficacité des muscles pelviens lorsque vient le temps de travailler, mais aussi des tensions musculaires. Un peu comme les tensions que l’on peut ressentir dans le cou, les épaules et les omoplates après une journée stressante ou devant l’ordinateur. Comme les muscles du périnée s’attachent en grande partie sur le bassin à l’arrière, ces tensions peuvent amener des douleurs au dos, au bassin ou encore au coccyx, ce qui n’est pas souhaitable non plus.

Il est à noter aussi qu’étant donné le risque de développer de l’hypertonicité, l’utilisation des poids vaginaux n’est pas conseillée durant la grossesse. La raison étant qu’ils risqueraient de nuire à la souplesse du périnée qui est un élément essentiel pour limiter les déchirures lors de l’accouchement.

Finalement, les exerciseurs sous forme de poids ou cônes vaginaux sont abordables, accessibles, faciles à utiliser au quotidien et permettent de rendre les exercices de Kegels concrets. Cependant, on ne peut pas espérer régler son problème à long terme en utilisant seulement cet outil.

On doit être en mesure de travailler toutes les qualités musculaires du plancher pelvien et pas seulement la force, l’endurance et le tonus, mais aussi la capacité de relaxation, la puissance, la souplesse, la coordination et la fonction spécifique à l’intérieur même du groupe musculaire et avec les autres muscles du corps. De ce fait, les études sur les cônes vaginaux ont démontré que ces derniers ne sont efficaces que si et seulement s’ils sont utilisés de façon encadrée par un professionnel de la santé détenant une expertise dans le domaine.

Si vous désirez obtenir plus d’informations pour avoir des outils afin d’accéder à des outils plus complets, vous pouvez vous abonner à la Zone physio pour maman 100% gratuitement, ou encore à nos formations de physiothérapie en ligne . Nos outils sont adaptés à toutes les mamans que ce soit pendant la grossesse ou même 30 ans après votre dernier accouchement!

À propos de l'auteur

Noémie Séguin est physiothérapeute depuis plus de 10 ans, elle a développé une expertise en Rééducation Périnéale et Pelvienne en allant suivre une formation de 2e Cycle Universitaire dans cette discipline. Elle a fondée la clinique Physio Pelvienne en 2012 et aidé des milliers de personnes à retrouver leur qualité de vie. Passionnée et ayant à coeur que cette expertise devienne plus connue et accessible, elle poursuit sa mission à travers ce blogue informatif et le développement de programmes de réadaptation en ligne en plus de poursuivre sa pratique clinique. Dans le but d'offrir le meilleur service qui soit, elle met régulièrement ses connaissances à jour en assistant à de la formation continue plusieurs fois par années.

>