Le pessaire pour traiter les incontinences et les descentes d’organes/prolapsus – Physio Pelvienne, Noémie Séguin Physiothérapeute

Le pessaire pour traiter les incontinences et les descentes d’organes/prolapsus

Par Noémie Séguin | Les outils de rééducation du périnée

Avr 20

Aujourd’hui, je vous parle d’un outil, probablement le plus utile, mais surtout le plus méconnu, je pense, de tous les outils qui existent. Fort probablement que la majorité d’entre-vous n’en avez même jamais entendu parler. Je parle ici du pessaire gynécologique!

C’est un objet qui mérite à mon avis d’être beaucoup plus mis de l’avant, il y a énormément de fausses croyances qui circulent à son sujet. Lorsque je parle aux mamans de la possibilité de l’utiliser, elles se sentent très souvent intimidées par cet outil, la première fois.

Les objectifs de cet article seront justement de briser les tabous qui entourent le pessaire, que vous sachiez ce que c’est, comment on l’utilise et comment s’en procurer un également. À la fin de votre lecture, j’aimerais que vous soyez plus confiante d’aborder cette option de traitement avec votre médecin pour améliorer votre condition et votre qualité de vie!

C'est quoi un pessaire?

C’est une prothèse vaginale composée de silicone de grade chirurgical, donc hypoallergène, qui va être inséré à l’intérieur de la cavité vaginale (un peu comme un tampon) dans le but d’aller soutenir un organe qui manque de soutien. Le pessaire va donc agir comme un remplaçant aux structures ligamentaires qui ont perdu de l’efficacité (les élastiques qui soutiennent les organes à leur place).

On parle de perte de soutien de la vessie, de l’urètre, de l’utérus ou du rectum qui peuvent amener des symptômes très incommodants qui empêchent certaines mamans de pratiquer leurs activités. Des symptômes comme des lourdeurs, des inconforts dans la région du périnée, une sensation de frottement, que quelque chose est descendu à l’entrée vaginale (comme un tampon mal inséré), des incontinences urinaires et j’en passe. Vous pouvez consulter les articles de blogue sur les descentes d’organe ou encore sur les problèmes urinaires pour plus de détails à ce sujet.

Le pessaire va donc pouvoir, non pas traiter, mais bien contrôler tous ces symptômes et ainsi, vous permettre de participer à des activités avec plus de confort, mais surtout sans risquer de se nuire à travers le temps.

Il existe plusieurs formes et types de pessaires adaptés aux différents prolapsus, à leur sévérité et aux symptômes qu’ils provoquent. Plusieurs pessaires peuvent être portés plusieurs semaines sans être retirés, moyennant de bons conseils d’hygiène et de gestion du pessaire. Certains ont une balle sur le devant qui va aller s’appuyer sur l’urètre pour bien le fermer à l’effort et donc, contrôler les incontinences urinaires.

Comment utiliser le pessaire?

Le pessaire va s’insérer exactement de la même façon qu’un tampon. On va le plier en 2 et l’insérer avec un peu de gel lubrifiant au bout. Une fois à l’intérieur, on va le relâcher et il va s’ouvrir pour aller s’appuyer sur les parois vaginales et ainsi, faire son travail de support.

J’entends régulièrement, dans ma pratique clinique, que le pessaire est un outil qu’on utilise uniquement chez les personnes très âgées qui sont en perte d’autonomie et pour qui la chirurgie est contre-indiquée. Pourtant, cela est complètement faux! Au contraire, le pessaire vise à pouvoir poursuivre ses activités en minimisant les symptômes. Il est donc encore plus indiqué de l’utiliser avec une clientèle active et sportive!

De mon côté, comme physiothérapeute, j’ajuste des pessaires chez des femmes de tous les âges. D’autant plus que chez une maman qui vient tout juste d’accoucher, le fait d’utiliser le pessaire de façon précoce va permettre de l’utiliser comme un plâtre et permettre aux structures de guérir dans une position optimale rapidement après l’événement qui a provoqué le traumatisme à l’organe. Ce qui augmente nos chances d’avoir la meilleure guérison possible des structures.

De plus, en combinant l’utilisation du pessaire rapidement avec des exercices de réadaptation abdomino-pelvienne, nous augmentons ainsi les chances que l’usage de cet outil soit temporaire et non pas permanent.

J’ajuste également des pessaires pour des mamans de 60 ans et plus qui sont encore très actives et qui sans le pessaire, ne pourraient certainement pas se permettre de faire des activités physiques aussi intenses. On ne se la cachera pas, les femmes sont de plus en plus actives et sportives et cela a un impact positif sur la santé en vieillissant. Le fait de gérer ces symptômes et de rester plus active plus longtemps a un impact majeur sur la santé générale de la personne. Ce sont, à mon avis, des avantages qui sont non négligeables.

Quelles sont les indications pour utiliser un pessaire?

Comme physiothérapeute, mon but n’est pas d’offrir un support extérieur à toutes les femmes qui se présentent en clinique. Je ne veux surtout pas qu’elles dépendent d’une béquille lorsque cela n’est pas nécessaire, car oui, le pessaire est utile, mais il n’en demeure pas moins un outil de compensation.

Plusieurs facteurs vont influencer la décision d’utiliser ou non le pessaire :

  • La condition initiale à l’évaluation : si je vois que la personne présente un prolapsus modéré ou important qu’elle ne contrôle pas au quotidien dans ses activités.
  • Le niveau d’activité physique : si la personne est très active et qu’elle n’est pas prête à modifier ou mettre de côté certains exercices pendant la durée de la réadaptation.
  • L’étape de réadaptation à laquelle la patiente est arrivée : si la personne arrive à un moment de la réadaptation où l’on introduit les impacts et que malgré tout le travail, ses muscles n’arrivent pas à contrôler le mouvement du prolapsus.

Pour les deux derniers facteurs, le pessaire sera utilisé de façon occasionnelle pour pratiquer certaines activités afin de ne pas perdre l’habitude d’utiliser efficacement ses muscles et les bonnes stratégies de mouvements dans les situations contrôlables. Autrement, les muscles vont continuer d’être inutilisés et le problème ne se règlera jamais.

Comment se procurer un pessaire?

Pour obtenir un pessaire, deux options s’offrent à vous :

  • Faire appel à un physiothérapeute qui détient une formation en ajustement de pessaire : vous devrez à ce moment, demander une prescription à votre médecin de famille simplement pour vous assurer que votre muqueuse vaginale est assez saine pour bien tolérer le port du pessaire. Le physiothérapeute peut alors prendre en charge tout le processus d’ajustement et de suivi. Le coût du pessaire sera alors défrayé par la cliente qui pourra demander un remboursement à ses assurances privées. Il est certain qu’en clinique, le processus est très encadré. Le but étant de s’assurer que vous soyez autonome avec cet outil et que vous soyez à l’aise de l’utiliser.
  • Obtenir une consultation avec un gynécologue qui détient une formation en ajustement de pessaire : le médecin va alors pouvoir ajuster le pessaire et il sera couvert par le régime d’assurance maladie. Il est certain que cette option est plus intéressante pour les personnes qui n’ont pas d’assurances privées. Cependant, les médecins étant souvent très pressés, l’ajustement se fait souvent de façon plus expéditive avec un enseignement qui est rapide et assez peu de suivi. Cela mène bien souvent les femmes à mettre le pessaire de côté et ne pas l’utiliser, car elles ne se sentent pas à l’aise. 

Est-ce que le pessaire remplace la réadaptation?

Je l’ai mentionné à quelques reprises, mais je tiens à le préciser à nouveau, le pessaire demeure un outil. Un outil intéressant qui permet de préserver les structures, de pratiquer ses activités et d’améliorer grandement la qualité de vie. Cependant, ce n’est pas un traitement! Il ne va pas corriger la source du problème, renforcir vos muscles ou changer vos stratégies de mouvement pour ainsi avoir un effet durable sur votre condition.

C’est un compensateur, un pansement sur une blessure. Il est donc vraiment recommandé de faire une rééducation périnéale en parallèle de l’utilisation du pessaire. Le fait de dépendre que du pessaire créera de la pression sur ce dernier et éventuellement, il risque de devenir trop petit et s’expulser à l’effort. Vous devrez alors changer de pessaire et au fil du temps, il est possible qu’aucun pessaire ne puisse vous convenir. À ce moment, on ne sera pas plus avancé face à notre problème.

Donc, le pessaire ne remplace pas la réadaptation abdomino-pelvienne, mais est un excellent outil à combiner avec cette dernière pour optimiser la condition de certaines femmes!

Pour avoir plus de stratégies afin de prévenir ou d’améliorer votre santé abdomino-pelvienne, pendant la grossesse ou à n’importe quel autre moment de votre vie, vous pouvez vous inscrire à la Zone physio pour maman 100% gratuitement! 

Vous pouvez également bénéficier de la physiothérapie périnéale et pelvienne dans le confort de votre maison, tout en étant encadrés et à moindre coût, avec le programme de réadaptation des abdominaux et du plancher pelvien.

Alors, voilà, j’espère sincèrement que vous appréciez l’information que je vous transmets!

À très bientôt !

À propos de l'auteur

Noémie Séguin est physiothérapeute depuis plus de 10 ans, elle a développé une expertise en Rééducation Périnéale et Pelvienne en allant suivre une formation de 2e Cycle Universitaire dans cette discipline. Elle a fondée la clinique Physio Pelvienne en 2012 et aidé des milliers de personnes à retrouver leur qualité de vie. Passionnée et ayant à coeur que cette expertise devienne plus connue et accessible, elle poursuit sa mission à travers ce blogue informatif et le développement de programmes de réadaptation en ligne en plus de poursuivre sa pratique clinique. Dans le but d'offrir le meilleur service qui soit, elle met régulièrement ses connaissances à jour en assistant à de la formation continue plusieurs fois par années.

>